Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Lever de soleil sur l’Indus à la hauteur d’Attock, où le Macédonien franchit le fleuve avec ses troupes

Où se situe la limite ? Jusqu’à quel point peut–on tenter de réaliser ses rêves ? Et s’il faut y renoncer, comment se prend alors la décision ? Quelle est ma part et quelle est la part des autres dans une décision importante qui oriente le cours de la vie ?

Ces questions, auxquelles j’ai été confronté lors de mes périples à pied au long cours vers Jérusalem et Rome, et que j’ai fait vivre dans les récits Pèlerin d’Orient et Pèlerin d’Occident, j’ai souhaité les aborder de manière plus large et sous une forme romanesque.

Un épisode de la vie d’Alexandre le Grand m’en a donné l’occasion :

Après huit ans de campagnes victorieuses qui lui ont permis de balayer la puissance perse et de se tailler un gigantesque empire depuis la Macédoine jusqu’à l’Afghanistan actuel, Alexandre le Grand, fasciné par l’Inde, veut conquérir ce pays réputé pour ses merveilles, et repousser les limites du monde connu jusqu’à l’Océan extérieur qui entoure la terre. Autour de lui cependant, la révolte gronde.

Depuis les confins montagneux de l’Ouzbékistan et de l’Afghanistan actuels où il emporte de vive force une citadelle qui abrite Roxane, « la Resplendissante », la conquête de l’Inde mûrira, se précisera et s’engagera durant dix–huit mois jusqu’à la dernière limite, le moment de vérité sur les rives du fleuve Hyphase où le conquérant invaincu affrontera la volonté de la multitude et les pressions de ses compagnons. Peut–il renoncer à ses rêves sans déchoir ?

Sur la toile de fond de l’épopée alexandrine, quatre hommes et deux femmes tissent leur destin mêlé d’histoire, de questionnements et de romanesque : à des titres divers le franchissement du fleuve cristallise pour chacun d’eux un moment crucial de l’existence. Pris dans le tourbillon de la conquête, des intérêts et des passions contradictoires, chacun devra trouver sa voie et tenter de décider pour soi–même et pour les autres.


Le manuscrit, achevé, est actuellement en attente d’édition.

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Alexandre > Voyages > Voyage en Iran > Carnet de voyage > cette-saloperie-de-voile
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

« Ah, cette saloperie de voile !… »

Aux portes de l’Inde, l’armée d’Alexandre le Grand, épuisée, se révolte contre son chef qui veut l’entraîner malgré elle au bout de la Terre. Tandis qu’Alexandre affronte la rébellion, Roxane, « la Resplendissante », brûle pour le général qui a pris la tête des révoltés.
Qui franchira le pas sans retour ?

Pour être averti de
la parution du roman :
sur Alexandre le Grand
au bout du mondePour être averti par e–mail de la parution du roman de François–Xavier de Villemagne sur Alexandre le Grand au bout du monde

À la plage sur les bords de la mer Caspienne

Aéroport de Téhéran à 1 heure du matin. Je suis épuisé, je n’ai qu’une envie : dormir avant le vol pour Chiraz. Dans l’avion, j’étais assis à côté d’une Iranienne habitant en France et nous avons parlé pendant presque tout le trajet. Elle est partie d’Iran en 1981 parce qu’ « elle n’en pouvait plus ». À présent, elle accompagnait ses trois enfants de 10 à 12 ans pour des vacances chez leur grand-mère. Cette conversation était très agréable. Ma voisine était un peu bluffée par mon apprentissage, même succinct, de l’iranien et était aussi étonnée que nous voyagions de façon indépendante. Au début du vol, une annonce avait rappelé le port obligatoire du voile pour les femmes ; certaines ne l’avaient pas mis et ma voisine constata à quel point le régime s’était adouci, car un tel laxisme n’aurait pas été permis il y a seulement quelques années. Une fois, son foulard tomba et elle jura : « Ah, cette saloperie de voile !… » Pour elle, c’est vraiment un symbole d’oppression et elle a littéralement rêvé du jour où elle pourrait se promener tête nue dans la rue.

À l’arrivée à l’aéroport de Mehrabad, nous descendons sur le tarmac par une passerelle. À 11 heures du soir, l’air est tiède et agréable. Devant nous, au fond du hall d’immigration, deux portraits aux couleurs délavées : Khomeiny et Khamenei (l’actuel Guide Suprême de la Révolution Islamique). Les formalités se passent sans peine, mais nous attendons longtemps. Derrière nous, des Iraniens parlant français proposent leur aide pour la page d’écriture de renseignements habituels. Nous entamons la conversation. Ils sont eux aussi étonnés que nous voyagions seuls. Très sympathiques, ils nous donnent leurs coordonnées téléphoniques à Téhéran, nous font promettre de les appeler, esquissent une invitation chez eux, dans une maison qu’ils possèdent près de la mer Caspienne : quel accueil étonnant de gentillesse et d’amabilité ! Ils négocient pour nous un taxi vers le terminal domestique où nous sommes actuellement. La nuit va être chaotique, mais je crois que je vais tomber raide de sommeil.

(mardi 4 août)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Trajet d’un voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Alexandre fut entouré d’homme exceptionnels qui furent à la fois ses guerriers et ses plus proches amis. On les nomme hétaires ou Compagnons ; Les hétaires, par le rang et sang, hommes libres par excellence, sont presque les égaux du roi des Macédoniens.

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Sacha Guitry - Jusqu’à nouvel ordre - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Galeries de photos de nature - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

La mosaïque de Madaba, plus ancienne représentation de Jérusalem - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Aogui, éleveur de chevaux - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Diaporamas de photos diverses d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

1626 - Francis Bacon - La nouvelle Atlantide - 1626 - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

La grandeur d’Alexandre n’exclut pas la cruauté ou l’injustice : une décision erronée peut être plus grande qu’une décision juste, la défaite plus grande que le succès.

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Galeries de photos d’antiquités - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome



<