Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Lever de soleil sur l’Indus à la hauteur d’Attock, où le Macédonien franchit le fleuve avec ses troupes

Où se situe la limite ? Jusqu’à quel point peut–on tenter de réaliser ses rêves ? Et s’il faut y renoncer, comment se prend alors la décision ? Quelle est ma part et quelle est la part des autres dans une décision importante qui oriente le cours de la vie ?

Ces questions, auxquelles j’ai été confronté lors de mes périples à pied au long cours vers Jérusalem et Rome, et que j’ai fait vivre dans les récits Pèlerin d’Orient et Pèlerin d’Occident, j’ai souhaité les aborder de manière plus large et sous une forme romanesque.

Un épisode de la vie d’Alexandre le Grand m’en a donné l’occasion :

Après huit ans de campagnes victorieuses qui lui ont permis de balayer la puissance perse et de se tailler un gigantesque empire depuis la Macédoine jusqu’à l’Afghanistan actuel, Alexandre le Grand, fasciné par l’Inde, veut conquérir ce pays réputé pour ses merveilles, et repousser les limites du monde connu jusqu’à l’Océan extérieur qui entoure la terre. Autour de lui cependant, la révolte gronde.

Depuis les confins montagneux de l’Ouzbékistan et de l’Afghanistan actuels où il emporte de vive force une citadelle qui abrite Roxane, « la Resplendissante », la conquête de l’Inde mûrira, se précisera et s’engagera durant dix–huit mois jusqu’à la dernière limite, le moment de vérité sur les rives du fleuve Hyphase où le conquérant invaincu affrontera la volonté de la multitude et les pressions de ses compagnons. Peut–il renoncer à ses rêves sans déchoir ?

Sur la toile de fond de l’épopée alexandrine, quatre hommes et deux femmes tissent leur destin mêlé d’histoire, de questionnements et de romanesque : à des titres divers le franchissement du fleuve cristallise pour chacun d’eux un moment crucial de l’existence. Pris dans le tourbillon de la conquête, des intérêts et des passions contradictoires, chacun devra trouver sa voie et tenter de décider pour soi–même et pour les autres.


Le manuscrit, achevé, est actuellement en attente d’édition.

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Alexandre > Voyages > Voyage en Iran > Carnet de voyage > un-appel-pathetique-a-la-liberte
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Un appel pathétique à la liberté

Aux portes de l’Inde, l’armée d’Alexandre le Grand, épuisée, se révolte contre son chef qui veut l’entraîner malgré elle au bout de la Terre. Tandis qu’Alexandre affronte la rébellion, Roxane, « la Resplendissante », brûle pour le général qui a pris la tête des révoltés.
Qui franchira le pas sans retour ?

Pour être averti de
la parution du roman :
sur Alexandre le Grand
au bout du mondePour être averti par e–mail de la parution du roman de François–Xavier de Villemagne sur Alexandre le Grand au bout du monde

Affiches de propagande sur la place des femmes dans la révolution islamique

Lever matinal aujourd’hui : vers 5H30 je quitte l’hôtel pour une promenade dans les ruelles encore sombres du bazar. Personne. Quelques chiens aboient. Au bout d’une heure, alors que le jour commence à se lever, je rencontre Mohammed couché dans un renfoncement près de la mosquée Vakil. C’est un bavard impénitent ; il déverse un flot de paroles dans un anglais difficile à comprendre, mêlant ses voyages (« Pakistani people no good »), des considérations politiques, historiques religieuses et philosophiques auxquelles je ne comprends pas grand chose. Il me propose d’ouvrir avec lui une école de français et d’anglais : on toucherait un bon revenu, je serais le professeur et il serait l’intendant en quelque sorte !

Un peu plus tard dans la matinée, Etienne fut abordé par un homme parlant allemand ; assez rapidement je repris le flambeau parce qu’Etienne ne se sentait pas très à l’aise dans cette langue. Nous discutâmes donc pendant près de trois quarts d’heure. Ou plutôt, il parla pendant presque tout ce temps. C’était pathétique, on sentait que tout ce flot de paroles sortait de ses tripes.

Il criait à quelqu’un en qui il avait confiance son désespoir d’être privé de liberté ; il me dit : « Ici nous sommes des esclaves, l’économie est en ruine, la Savak [la police secrète du chah] existe toujours bien qu’elle ait un autre nom ; elle commet les mêmes crimes, les minorités religieuses (les bahaïs, les chrétiens etc.) sont persécutées, les universités forment des ignorants, la religion devrait être une affaire privée et non pas imposée avec un revolver sur la tempe ; nous sommes en prison mais je suis convaincu qu’un jour ce régime sera renversé, les intellectuels du peuple (comme moi) et les gens simples se révolteront, le vrai peuple parlera… ».

Il se révoltait contre le fait que nous soyons venus voir les vestiges du passé, il voulait que nous venions à la rencontre du monde d’aujourd’hui et que nous nous intéressions aux gens, au peuple et à ses intolérables souffrances. Il disait cela avec ardeur, emportement et du désespoir dans la voix comme un naufragé sur le point de se noyer et criant « À l’Aide ! ! ». Il m’adjura à plusieurs reprises de ne pas parler de tout cela à d’autres Iraniens, mais au contraire de le faire savoir largement en France.

Il parlait de Mai 68, de Jean-Paul Sartre, de Robespierre (à qui il comparait les dirigeants actuels en leur prédisant le même sort). Il avait 46 ans et parlait avec dégoût de ces 18 dernières années, c’est-à-dire des années depuis la Révolution Islamique.

(samedi 8 août)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<