Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Cap Horn > Histoire > Cap-horniers > L'épopée des cap-horniers
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

L’épopée des cap-horniers

Le cap-hornier 'Blanche'

Les premiers cap-horniers furent les clippers américains et anglais, puis français, comme ceux du Bordelais Antoine-Dominique Bordes, le plus grand armateur de voiliers du monde. Les navires à vapeur, qui les avaient supplantés sur la ligne de l’Atlantique Nord, ne pouvaient poursuivre leur route, faute de parvenir à s’approvisionner en combustible dans les immensités des mers du Sud.

Ces clippers (d’un mot d’argot signifiant : « chose excellente en son genre ») étaient les plus harmonieux bâtiments qui aient jamais navigué : longue étrave acérée, lignes d’eau s’effilant avec une incomparable douceur, toutes voiles dehors sur ses quatre mâts vertigineux, le Thermopyle, tout comme son alter ego le Cutty Sark. « filait sept nœuds alors qu’un matelot pouvait se promener sur le pont une bougie allumée à la main, si équilibré qu’un mousse le tenait facilement à la barre par tous les temps, si puissant qu’il gardait tout dessus jusqu’à plus de treize nœuds ».

Les prestigieux navires construits en bois furent remplacés vers 1890-1900 par toute une flotte de puissants voiliers à coque d’acier pouvant jauger jusqu’à 4 500 tonneaux. Dans les dix dernières années du XIX" siècle, cinq mille de ces bâtiments battant l’Union Jack, douze cents français, autant d’américains et de suédois, mille allemands et plus de deux mille norvégiens sillonnaient les mers du monde les plus ingrates et les plus lointaines, doublant régulièrement le Horn.

À l’aller, leurs cales étaient emplies de charbon, de minerai de fer, de ciment et, au retour, de guano, de cuivre et de nitrate du Chili, de laines de Nouvelle-Zélande et d’Australie, de riz, de céréales et de bois tropicaux. Ils restaient sans rivaux, notamment du point de vue économique : vers 1900, ils transportaient la tonne pour 80 francs alors que le vapeur demandait près de 200 francs pour la même charge.

Construits pour pouvoir profiter des plus forts coups de vent, les quatre-mâts et les cinq-mâts d’acier ne redoutaient pas la tempête. Le mauvais temps faisait leur affaire. Les paquets de mer pouvaient briser à bord et le vent bramer dans le gréement, ils continuaient, couverts d’écume, de s’ouvrir une route à travers des montagnes d’eau imposantes. Haut de page

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<