Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Cap Horn > Navigation > Saisons > Maury
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Saisons de passage - Lieutenant Matthew Maury

Avis aux navigateurs du XXIème siècle : les instructions ci-dessous ont un caractère historique et doivent être considérées avec précaution avant tout usage pratique, même s’il est possible que les caractéristiques naturelles dans cette région du monde n’aient que peu varié au cours des derniers siècles.

Carte des vents et des icebergs

D’après Maury, la meilleure saison pour doubler le cap Horn, au point de vue de la rapidité des traversées, est de décembre à avril inclusivement, et la plus mauvaise saison est de juin a novembre. Ce résultat étant celui des moyennes établies par Maury d’après 220 traversées, on peut l’admettre comme absolument exact et sortant complètement du domaine ordinaire des spéculations d’un seul navigateur raisonnant d’après une douzaine de traversées, tout au plus qu’il lui a été donné de faire.

Ces conséquences irréfutables des moyennes faites par Maury détruisent à peu près complètement l’opinion émise par King que les mois d’avril, mai, juin et juillet sont les plus favorables pour doubler le cap ; elles donnent, au contraire, en grande partie raison aux observations de Weddel, qui ont été précédemment reproduites.

On trouve également dans les instructions de Maury une lettre qui lui a été adressée par le capitaine Smyley, et qui contient d’intéressantes indications sur les avantages incontestables que présente la route par l’Ouest des Malouines.

Il expose que pendant longtemps les navires destinés à l’Océan Pacifique avaient l’habitude, après avoir franchi le parallèle de la Plata, de passer dans l’Est des Malouines. Les uns pour éviter le danger de l’Aigle, les autres pour ne pas être jetés sur la côte Est de Patagonie. Or, suivant lui, l’écueil n’existe pas plus que la côte n’est à craindre. Il dit avoir cherché l’Aigle dans les circonstances les plus favorables, et n’a jamais rien trouvé. Quant à la crainte d’être jeté sur la côte Est de Patagonie, il affirme qu’après avoir passé 22 ans de son existence presque continuellement entre 1a Plata et les Shetland du Sud il n’a jamais vu le vent souffler en côte douze heures de suite, bien que le genre de pêche auquel il se livrait le forçât de se tenir près de terre.

Nous terminerons ces citations en reproduisant les conseils de Maury, qui nous semblent résumer parfaitement les instructions des différents auteurs dans ce qu’elles ont de commun et qui présentent d’ailleurs l’avantage d’être basées sur un grand nombre d’observations :

« La règle sera de passer toujours dans l’Ouest des Malouines. On prendra le détroit de Lemaire s’il est possible de le faire pendant le jour, car es courants y sont singulièrement forts et variables ; puis on rangera le cap aussi près que le permettront les vents et les rochers de la côte. Mais si, après le détroit de Lemaire el avant d’avoir doublé le cap, on trouve les grandes brises d’Ouest, il ne faudra pas lutter contre elles près de terre ; il sera préférable de prendre la bordée du Sud pour aller trouver des brises moins fraîches, ce qui aura lieu probablement à une distance des côtes variable selon la direction du vent.

« Toutefois, même on prenant ce parti, il faudra soigneusement profiter des variations de la brise et préférer en général, jusqu’à ce que le cap soit doublé, la bordée qui donnera le plus d’Ouest. Les navires se rendant à Valparaiso ou aux Intermedios ne devront pas, avec bon vent, faire autant d’Ouest au Sud du parallèle de 50° S, que ceux qui vont plus au Nord, en Californie par exemple. Ces derniers couperont convenablement le parallèle de 50° S. tant qu’ils seront à l’Est de 100° ou 112° O., et le plus souvent ils couperont ce parallèle entre 82° et 92° O. »

Paul Cave - Patagonie. Détroit de Magellan et canaux latéraux. Cap Horn et Terre de Feu - 1879Haut de page

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Le cinéma s’inspirant de l’histoire d’Alexandre le Grand : films d’Oliver Stone (avec Colin Farrell), Robert Rossen (avec Richard Burton), projet de Baz Luhrmann etc.

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Diaporama d’Églises (1) d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Le pèlerin de Plaisance - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Où se situe la limite ? Jusqu’à quel point peut-on tenter de réaliser ses rêves ? Et s’il faut y renoncer, comment se prend alors la décision ? Quelle est ma part et quelle est la part des autres dans une décision importante qui oriente le cours de la vie ?

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Guide dans la steppe de la vallée de l’Orkhon - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Photos du sud-ouest des Pouilles - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Le marcheur - Pèlerin d’Orient
20 août 2017, 17 h 33
Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Le marcheur qui a accompli un Voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Photos de nature - Galerie 11 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Avant Alexandre le Grand, les Perses en Inde ont dominé les contrées sur la rive droite de l’Indus - Tutelle lointaine, tribut et diaspora impériale perse à Taxila

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Pétrarque rapporte une aventure galante qui survint lors du premier jubilé. Agapet Colonne avait épousé une des nièces de Boniface VIII. Banni de Rome avec le reste de sa famille, il y revint déguisé en pèlerin à la faveur du jubilé et n’y resta pas oisif. Au bout de quelque temps, on rapporta au pape que sa nièce était enceinte. Plein de colère, il la convoqua aussitôt. Elle parut tremblante, honteuse et cherchant à cacher sa grossesse. - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<