Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Routes > Route des Allemands
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Les routes de l’Europe du Nord

Les routes de l’Europe du Nord

Les routes de l’Europe du Nord

Les Annales Stadenses sont la description, sous forme de dialogue entre deux jeunes gens, Tirri et Firri, qui se plaisent à traiter divers sujets, des itinéraires que pouvaient parcourir les pèlerins de l’Europe du Nord pour se rendre en pèlerinage à Rome, et de là à Jérusalem. Considérées comme le guide le plus détaillé du XIIIe siècle en langue germanique, leur rédaction remonte probablement aux années entre 1240 et 1256.

Elles portent le nom de la ville de départ, Stade (Stadium), sur l’estuaire de l’Elbe, et se composent de trois itinéraires qui traversent la Germanie selon trois axes. Le plus occidental part de Brême, traverse le Rhin près de Duisburg pour rejoindre Reims. De là, il suit un tracé à l’ouest de celui de Sigeric, et descend au sud jusqu’à Lyon, pour se diriger vers l’Italie, où il pénètre au col du Mont-Cenis. Puis il suit le val de Suse jusqu’à Turin, Mortara et Plaisance, pour prendre ensuite l’itinéraire classique du mont Bardone jusqu’à Rome.

Le deuxième axe coïncide avec le premier jusqu’à Duisburg, où il suit pratiquement le cours du Rhin jusqu’à Baie  après avoir traversé la Suisse de Baie à Lausanne, il entre en Italie par le Grand Saint-Bernard, suivant jusqu’à Rome l’itinéraire de Sigericus.

Le troisième axe, le plus oriental, va de Stade au Brenner par Gotha, Augsbourg, Innsbruck. Cet itinéraire qui permet de ne franchir qu’un seul col d’altitude (le Brenner) était pratiqué depuis la préhistoire pour rejoindre la péninsule italienne à partir des contrées du nord de l’Europe. Le Brenner franchi, il se sépare en deux directions : la septentrionale traverse Bolzano, Trente, Padoue et Bologne, pour rejoindre ensuite l’itinéraire principal vers Rome, depuis le XIIIe siècle et jusqu’à nos jours, celui de Bologne, Florence, Sienne, Bolsena, Rome. Le rameau oriental atteint Venise par Trévise, pour rejoindre la Romea des Slaves, à savoir Venise, Rovigo, Ravenne, Forli, Arezzo, Orvieto, Bolsena, Rome.

Il convient de noter que l’importance prise par Bologne à la suite de la « capture » par Florence de la Francigena lombarde, suggère au rédacteur des Annales la possibilité de suivre à partir de Fidenza la via Emilia jusqu’à Bologne ou Forli, pour prendre ensuite soit la Bologne-Florence-Sienne-Rome, soit la Romea des Slaves. La première est indiquée comme étant préférable. En effet, Florence, par une opération soigneuse d’installation de mansiones (gîtes d’étape), réussit à déplacer vers ses possessions orientales le tracé Luni-Lucques-Sienne, déterminant ainsi la fortune de Bologne, laquelle offrait par ailleurs l’avantage d’être une ville universitaire et le lieu de très importantes dévotions.

d’après F. & G. Lanzi, Les pèlerinages romains, Bayard Editions–Centurion, 1999

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Guide dans la steppe de la vallée de l’Orkhon - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-ouest des Pouilles - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Le marcheur - Pèlerin d’Orient
20 août 2017, 17 h 33
Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Le marcheur qui a accompli un Voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos de nature - Galerie 11 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Avant Alexandre le Grand, les Perses en Inde ont dominé les contrées sur la rive droite de l’Indus - Tutelle lointaine, tribut et diaspora impériale perse à Taxila

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Pétrarque rapporte une aventure galante qui survint lors du premier jubilé. Agapet Colonne avait épousé une des nièces de Boniface VIII. Banni de Rome avec le reste de sa famille, il y revint déguisé en pèlerin à la faveur du jubilé et n’y resta pas oisif. Au bout de quelque temps, on rapporta au pape que sa nièce était enceinte. Plein de colère, il la convoqua aussitôt. Elle parut tremblante, honteuse et cherchant à cacher sa grossesse. - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Ludolph de Sudheim en Terre sainte - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Israël - trajet détaillé d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Photos de musées - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

la steppe - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan



<