Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Histoire > Au Moyen Âge > Moines de Ferrières
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Deux moines érudits en voyage

Né en 805, Loup de Ferrières joua un rôle prépondérant comme théologien et organisateur de l’Église de France. Abbé de Saint–Pierre de Ferrières (dans le Gâtinais), il envoya deux moines à Rome en 855, pour lesquels il écrivit, conjointement avec l’évêque de Sens, une lettre de recommandation. Ce courrier est assez représentatif des documents dont se munissaient les pèlerins.

Une lettre de recommandation

Moine écrivant une lettre

Aux très révérends prélats d’Italie et de Gaule, et à tous les autres fidèles de Dieu, moi, Guenilo, évêque métropolitain de Sens, j’adresse mon salut dans le Seigneur. Toutes les fois que pour une juste cause nous adressons la parole à votre bonté, la charité, diffusée dans nos cœurs par l’Esprit–Saint qui nous est donné, nous accorde la confiance pour agir ainsi : c’est précisément lorsqu’on agit gratuitement que la piété augmente.

Des moines de la province et de notre diocèse, du monastère appelé Bethléem, ou Ferrières, nommés Adulfe et Acaric, honorés de la dignité de prêtre, divine comme nous le croyons, se sont spontanément décidés à venir à Rome, pour l’étude de la prière, et, ayant reçu la permission de leur abbé, Loup, qui nous est extrêmement cher, et la nôtre exécutent leur projet. Nous les recommandons à votre sollicitude, selon l’usage : implorant que, parce qu’ils ont enduré la peine du pèlerinage pour leur récompense éternelle, ils trouvent cette consolation à l’aller et au retour, en étant, eux dévots, protégés par les hommes religieux. Vous prendrez en effet part à leurs récompenses, si vous êtes pour leur entreprise des aides bienveillants.

Nous vous souhaitons de vous porter heureusement.  Haut de page

Demande de prêt de manuscrits au pape

Au pape Benoît III, Loup de Ferrières s’adressa pour faciliter leur séjour romain et réclamer des livres qu’il n’avait pas réussi à se procurer en Gaule.

Nos frères et collègues en prêtrise, Adulfe et Acaric, ayant entrepris pour la gloire de Dieu un pèlerinage volontaire et étant, non sans beaucoup de peine, parvenus enfin au tombeau des très saints apôtres et des autres saints, nous les recommandons spécialement à votre mansuétude. Daignez leur témoigner une bonté légitime et les instruire avec soin des coutumes ecclésiastiques qui sont diversement observées selon les lieux afin que, par leur intermédiaire, les règles suivies à Rome nous parviennent. […]

Puisque les parents doivent amasser des trésors pour leurs enfants [Paul, 2nde épître aux Corinthiens, 12, 14], comme le déclare le docteur des Nations, et que nous désirons être vos fils très obéissants, nous demandons l’envoi par l’entremise desdits frères, en un manuscrit de vénérable antiquité, des commentaires de saint Jérôme depuis le sixième livre exclusivement jusqu’à la fin dudit prophète. Si nous les obtenons, nous ne manquerons pas, après les avoir fait rapidement transcrire, de les renvoyer à Votre Sainteté. Car, dans notre pays, il a été impossible de trouver nulle part un manuscrit qui dépasse le sixième livre, et nous souhaitons recouvrer chez vous ce qui nous paraît faire défaut à notre petitesse. Nous demandons encore le traité De l’orateur de Cicéron et les douze livres de l’ Institution oratoire de Quintilien, qui tiennent en un petit volume. De ces deux derniers auteurs, nous avons des parties mais nous désirons en obtenir de vous la totalité. Dans la même intention, nous demandons le commentaire de Donat sur Térence. De ces auteurs, nous aurons soin de vous restituer fidèlement les œuvres, en même temps que le manuscrit de saint Jérôme, si, avec la permission de Dieu, votre libéralité nous les accorde.

(Correspondance de Loup de Ferrières, trad. et éd. par L. Levillain, 1927, t. II, lettre n° 100)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Christophe Colomb - Journal de bord - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos d’églises - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

« Ah, cette saloperie de voile !… » - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Les pèlerins vont aussi là où sont les « corps saints », là où miracles et signes rendent accessible une présence et où sont édifiés hospices et églises pour l’accueil du pèlerin - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Diaporama d’inscriptions d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Le syndrome de Jérusalem, sorte de bouffée délirante issue d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux saints - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Syrie méridionale et Jordanie - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Le lama des montagnes - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

L’enceinte des places de sûreté que l’armée d’Alexandre le Grand improvisait en marchant, se composait d’un fossé peu profond couronné de remparts de boue; la moindre inondation vint souvent balayer à la fois les murailles et la ville

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Photos de nature - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome



<