Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Histoire > Au Moyen Âge > Giovanni Villani
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Giovanni Villani, chroniqueur florentin

C’est à Rome où il est venu à l’occasion du premier jubilé que le Florentin Giovanni Villani décide d’écrire une histoire de sa ville qui représente pour l’historien d’aujourd’hui une mine d’informations en tout genre sur la vie politique, économique et culturelle du XIVe siècle. Dans l’introduction des Istorie fiorentine, il revient sur l’événement marquant du début du siècle : le premier jubilé à Rome.

Rome, cité de Dieu et cité terrestre - Manuscrit de la bibliothèque Sainte–Geneviève. Sur la miniature sont notamment représentés la colonne de Marc Aurèle, la colonne Trajane et le Panthéon.

Rome, cité de Dieu et cité terrestre

En l’an 1300 après J.–C., la tradition voulait que le pape qui régnait chaque siècle après la naissance du Christ accordât une grande indulgence. Boniface VIII, qui était alors pape cette année–là, accorda une très grande indulgence : à tout Romain qui, au cours de toute cette année, fréquenterait pendant trente jours consécutifs les églises des saints apôtres Pierre et Paul, et à tous les autres peuples non romains qui les fréquenteraient pendant quinze jours, à tous il accordait une indulgence plénière et générale s’ils s’étaient confessés ou s’ils se confessaient. Et pour encourager les pèlerins chrétiens, chaque vendredi ou chaque jour de fête solennelle, on montrait le saint suaire du Christ à Saint–Pierre.

C’est pourquoi beaucoup de chrétiens qui vivaient en ces temps–là firent ce pèlerinage : il y avait des hommes comme des femmes, venus de pays lointains et divers, de près comme de loin. Ce fut le spectacle le plus admirable que l’on vît jamais : tout au long de l’année, il y eut en permanence à Rome, en plus du peuple romain, deux cent mille pèlerins, sans compter ceux qui étaient en chemin, pour venir ou pour rentrer chez eux ; et tous, aussi bien les chevaux que les personnes, étaient équitablement et suffisamment ravitaillés, dans le plus grand calme et sans bruit ni mêlées. Et je peux en témoigner, car j’étais présent et je le vis.

Ainsi, de par les offrandes des pèlerins, le trésor de l’Église s’accrut considérablement, et les Romains s’enrichirent grâce à la vente de leurs denrées. Et puisque je me trouvais dans ce saint pèlerinage en la sainte ville de Rome, je vis ses grandes et antiques œuvres et je lus les récits des grands exploits des Romains écrits par Virgile et Salluste, Lucain, Tite–Live, Valerius et Paul Orose et autres maîtres de l’histoire qui rapportèrent les petits comme les grands événements jusqu’aux confins du monde entier. Aussi, pour donner mémoire et exemple à ceux qui viendront, je décidai d’adopter le style et la forme de ces auteurs, bien que je ne sois pas un disciple digne de réaliser une œuvre telle que la leur.

Mais étant donné que notre ville de Florence, fille et protégée de Rome, était en pleine ascension et était prête à suivre de grands exemples et vu que Rome connaissait son déclin, il me sembla opportun de rapporter dans ce volume et cette nouvelle chronique tous les faits et les origines de cette ville ; je rapporterais les faits des Florentins des temps passés, des temps présents et à venir dans la mesure où il me serait possible de les chercher, de les retrouver et de les suivre jusqu’où Dieu le voudrait, ainsi que d’autres événements remarquables du monde entier, dans la mesure où il me serait possible d’en avoir connaissance par la grâce de Dieu : c’est avec l’espoir de cette grâce que j’entrepris cette chronique, considérant ma pauvre science en laquelle seule je n’aurais pas confiance. Et ainsi, en l’an 1300 après la naissance du Christ, inspiré par sa grâce, je commençai à rédiger ce livre à mon retour de Rome pour honorer Dieu et saint Jean et pour la gloire de notre ville de Florence.

(Giovanni Villani, Istorie fiorentine, cit. par J.–C. Polet dans
Patrimoine littéraire européen : anthologie en langue française, De Boeck Université, 1993)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<