Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Histoire > Du XVIe au XVIIIe siècle > Christohe Colomb
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Christophe Colomb

Christophe Colomb

À l’issue de son quatrième voyage d’exploration pour essayer de trouver à l’ouest des Caraïbes le passage permettant d’atteindre les riches royaumes de l’Inde, Christophe Colomb dut échouer ses navires en mauvais état sur la côte de la Jamaïque. De là, il envoya une missive au roi d’Espagne pour raconter son voyage et ses épreuves. À la fin de sa lettre, il manifeste son découragement devant les attaques dont il fait l’objet et son désir de se rendre en pèlerinage à Rome :

C’est ainsi que j’ai traîné ma malheureuse existence, toujours condamné aux pleurs par la méchanceté de mes ennemis ; cependant, que Vos Majestés aient pitié d’eux ! Que le ciel maintenant pleure pour moi, que la terre pleure aussi, que l’être sensible, juste et charitable, pleure sur mon sort. Abandonné des miens, malade, entouré de sauvages cruels, ayant toujours la mort devant mes yeux, je languis dans ces îles éloignées de ma patrie, sans recevoir les consolations et les sacrements de la Sainte Église, qui abandonnera mon âme si elle vient à quitter sa dépouille.

Je n’ai point entrepris ce voyage dans l’intention de m’enrichir, ni pour obtenir des honneurs ; cet espoir était déjà éteint pour moi ; je suis venu dans ces contrées pour servir Vos Majestés et pour le triomphe de notre religion. Je vous supplie donc, dans le cas où, à l’aide de Dieu, je sortirais de ce pays, de me permettre de faire le pèlerinage de Rome et d’autres lieux saints.

(Lettre de Christophe Colomb au roi d’Espagne, 7 juillet 1503)

Le navigateur mourut le 20 mai 1506 à Valladolid, sans avoir vu Rome.  Haut de page

Christophe Colomb et les Vikings

Quand je suis parti à pied vers Jérusalem, sans aucune expérience des marches au long cours, je ne savais même pas si quiconque avait entrepris un tel parcours depuis 1 000 ans. Parce que j’avais besoin d’aller me battre dans une forêt vierge, je n’ai pas cherché à me documenter avant le départ sur d’éventuels prédécesseurs. Puis, au fil des mois et des pays, j’ai pris conscience du flot modeste mais régulier de marcheurs qui s’engage chaque année vers la Ville sainte. Mais avant de m’engager, j’ignorais tout, comme Christophe Colomb au jour de son appareillage sur le vaste océan.

« Pendant longtemps, on a affirmé qu’il avait découvert l’Amérique. Et en effet, sans aucune certitude, armé de sa seule conviction, il la découvrit. Des siècles plus tard, on avança que des Vikings avaient abordé le Nouveau Monde bien avant le navigateur génois. Mais allez donc expliquer à Christophe Colomb, à son retour en Espagne, qu’il n’avait rien découvert du tout et que ses Indes occidentales étaient connues depuis longtemps !

J’irai, je n’irai pas, j’irai, je n’irai pas… Au moment de décider, il m’a fallu l’audace inouïe des précurseurs qui ouvrent des voies nouvelles. Et pendant des mois, j’ai arpenté la terre avec l’ivresse effrayée de Colomb qui se demandait s’il n’allait pas toucher aux confins des mondes… »  Haut de page

cf le livre Pèlerin d’Orient p. 191-192 La première page du récit : le départ du marcheur vers Jérusalem... Le récit aux éditions Transboréal : présentation, références complètes et achat en ligne.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<