Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Histoire > Voyage et littérature > Saga de Njáll
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

La saga de Njáll

Navire viking

Les sources tant historiques que littéraires montrent qu’aux XIe et XIIe siècles, un nombre considérable de Scandinaves, hommes et femmes, se rendirent en pèlerinage à Rome. Dans la Heimskringla, chronique qui rassemble l’histoire des rois de Norvège, ces voyages sont assez fréquents. Le roi norvégien Olav - mort en 1030 et plus tard canonisé - envisagea de se rendre à Rome pour parfaire la christianisation de son royaume, mais ses conseillers l’en dissuadèrent en raison de la situation précaire du pays. Le scalde d’Olav, qui se rendit à Rome, fut accusé, au retour, d’avoir abandonné son roi dans un moment d’épreuve.

D’Islande aussi, on s’embarquait pour Rome, comme en témoigne la saga de Njáll, cette épopée islandaise du XIIIe siècle qui décrit le déroulement d’une série de querelles sanglantes entre 930 et 1020, période qui couvre la christianisation de l’île. Les Romfari qui se rendaient à Rome pour obtenir l’absolution étaient aussi connus sous le nom de pafafundr, c’est–à–dire « trouveurs de pape ». Après un meurtre, l’un des protagonistes de la saga part en pèlerinage à Rome.

Alors Flosi et Hal s’en retournèrent chez eux, dans l’est. “Garde bien cette paix, dit Hal à Flosi, et remplis–en les conditions : ton départ pour l’étranger, ton pèlerinage à Rome, et les amendes à payer. Et on dira que tu es un vaillant homme, si grand que soit le méfait que tu as commis, quand tu auras accompli de point en point tout ce que tu as promis de faire.” Flosi dit qu’il agirait ainsi. Et Hal s’en retourna chez lui, dans l’est. Mais Flosi rentra à Svinafell, et il resta chez lui quelque temps. […] Flosi vint prendre le cadavre et le fit mettre en terre, et il donna beaucoup d’argent pour qu’on lui élevât un tombeau. Flosi n’avait jamais de parole injurieuse contre Kari. De là, Flosi partit pour les pays du sud.

Il passa la mer, après quoi il commença son pèlerinage, et vint à pied, sans s’arrêter, jusqu’à Rome. Là il fut traité avec tant d’honneurs qu’il reçut l’absolution du pape lui–même, et il donna beaucoup d’argent pour cela. Il revint par la route de l’est, s’arrêtant dans les villes, et fut reçu avec de grands honneurs par de puissantes gens. L’hiver suivant, il arriva en Norvège, où le jarl Eirik lui donna un vaisseau pour s’embarquer. Le jarl lui fit présent aussi d’une grande quantité de farine. Beaucoup d’autres encore le traitaient avec de grands égards. Il fit voile enfin pour l’Islande, et débarqua dans le Hornafjord. De là, il vint chez lui, à Svinafell. Il avait accompli toutes les conditions de la paix qu’il avait jurée ; son voyage à l’étranger était terminé, et les amendes payées.

Il faut maintenant parler de Kari. L’été suivant, il revint à son vaisseau, et fit voile vers le sud, traversant la mer. Il partit de Normandie pour commencer son pèlerinage, vint à Rome, et y reçut l’absolution ; après quoi il revint par la route de l’ouest.

(La Saga de Njáll, trad. par R. Dareste, E. Leroux, 1896)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

« Ah, cette saloperie de voile !… » - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Les pèlerins vont aussi là où sont les « corps saints », là où miracles et signes rendent accessible une présence et où sont édifiés hospices et églises pour l’accueil du pèlerin - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Diaporama d’inscriptions d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Le syndrome de Jérusalem, sorte de bouffée délirante issue d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux saints - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Syrie méridionale et Jordanie - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Le lama des montagnes - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

L’enceinte des places de sûreté que l’armée d’Alexandre le Grand improvisait en marchant, se composait d’un fossé peu profond couronné de remparts de boue; la moindre inondation vint souvent balayer à la fois les murailles et la ville

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Photos de nature - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Per Lagerkvist - Contes cruels - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Promenade au hasard dans les rues et le bazar de Chiraz - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme



<