Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Au quotidien > Le sac
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Le sac

En Turquie, avec le sac de 25 litres  Arrivée à Jérusalem

Parti avec un sac de 40 litres, je l’ai échangé au bout de 2 mois contre un sac de 25 litres lorsque j’abandonnai tente et matelas. Cette contenance le classe dans la catégorie "balade" pour des sorties de 1 à 2 jours. C’est le même sac qui me servira, sept ans plus tard, pour le périple à pied jusqu’à Rome qui dura 6 mois et 4 000 km.

Pour la nuit, outre la tente, j’emportai un matelas gonflable et un sac de couchage assez inhabituel : comme le dessous d’un duvet ne sert à rien, il n’y en a pas, sauf au bout pour les pieds ; le reste est remplacé par du filet. À condition de ne pas trop gigoter, on a aussi chaud que dans un sac classique et j’y gagne près de 400 g. Je l’ai trouvé par Internet auprès d’un fabricant anglais. Étonnant, n’est-il pas ?

Tente Stetind de HelsportSac de couchage RabSac de couchage Rab

Ma garde-robe occupait le deuxième tiers du sac quoique j’en endossasse chaque jour la majeure partie : une chemise, un t-shirt, un pantalon pouvant se transformer en short ; contre le froid : un gilet sans manches et une veste en laine polaire ; contre la pluie : une surveste et un surpantalon prétendument perméables dans le bon sens uniquement, deux caleçons et trois paires de chaussettes dont l’une se balance au soleil pour sécher. Voilà tout. Pour trois saisons.

Le dernier tiers, le plus lourd, comprenait la nourriture de l’âme : une bible, dont j’ai bien sûr choisi l’édition au poids, et la nourriture de l’esprit : parfois un livre, des extraits de guides touristiques, des cartes, un carnet pour écrire chaque jour. Enfin tout un petit bric-à-brac soi-disant inévitable et toujours trop pesant.

Pour ces trois tiers, sac compris, je me tenais à peu près en dessous de ma cible de dix kilos. Restait le quatrième tiers, celui des provisions de route, autrement appelé tiers provisionnel. Celui qui fait le plus mal, naturellement. Un pari quotidien pour équilibrer la compacité, la variété, la faim et le risque de pénurie. (Ah ! Quel désespoir d’atteindre la dernière tranche !)

cf le livre Pèlerin d’Orient  p. 21    La première page du récit : le départ du marcheur vers Jérusalem...     Le récit aux éditions Transboréal : présentation, références complètes et achat en ligne.

  Les conditions matérielles - Pèlerin d’Orient Parcours thématique : Les conditions matérielles Les conditions matérielles - Pèlerin d’Orient

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Guide dans la steppe de la vallée de l’Orkhon - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-ouest des Pouilles - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Le marcheur - Pèlerin d’Orient
20 août 2017, 17 h 33
Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Le marcheur qui a accompli un Voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos de nature - Galerie 11 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Avant Alexandre le Grand, les Perses en Inde ont dominé les contrées sur la rive droite de l’Indus - Tutelle lointaine, tribut et diaspora impériale perse à Taxila

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Pétrarque rapporte une aventure galante qui survint lors du premier jubilé. Agapet Colonne avait épousé une des nièces de Boniface VIII. Banni de Rome avec le reste de sa famille, il y revint déguisé en pèlerin à la faveur du jubilé et n’y resta pas oisif. Au bout de quelque temps, on rapporta au pape que sa nièce était enceinte. Plein de colère, il la convoqua aussitôt. Elle parut tremblante, honteuse et cherchant à cacher sa grossesse. - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Ludolph de Sudheim en Terre sainte - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Israël - trajet détaillé d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Photos de musées - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

la steppe - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan



<