Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Histoire > Du XVIe au XVIIIe siècle > Luther
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Luther et le pèlerinage

Martin Luther

Pour Luther (1483-1546), seule la foi peut sauver l’homme, et non pas ses œuvres, aussi bonnes soient-elles. Le pèlerinage ne peut alors être un moyen de sanctification et de justification, tel que le vécurent des foules de pèlerins durant tout le Moyen Âge. D’autant moins lorsqu’il est le prétexte à des abus, soit de la part de l’Église, soit à cause des superstitions dont il s’est peu à peu entouré. En réalité, Luther condamne moins le pèlerinage en lui-même, que l’esprit dans lequel il est souvent accompli. Une mise en garde qui n’est pas sans rappeler d’ailleurs celles des Pères de l’Église, de saint Jérôme ou de saint Grégoire de Nysse.

La vraie Jérusalem 

Heureusement, il y a encore des gens pieux parmi la noblesse. La plupart des nobles sont aujourd’hui si insolents et si dépravés, qu’ils excitent la colère du pauvre homme. S’ils voulaient être respectés, ils devraient avant tout respecter eux-mêmes Dieu et sa Parole. Qu’ils continuent à vivre ainsi dans l’orgueil, dans l’insolence, dans le mépris de toute vertu, et ils ne seront bientôt plus que des paysans ; ils le sont déjà quoiqu’ils portent encore le nom de nobles et le chapeau à plumes. Ils devraient cependant se souvenir de Münzer.

Je souhaite, honoré seigneur [=Jean de Hernberg], que ce petit livre, et d’autres qui lui ressemblent, touchent votre coeur, et que vous y fassiez un pèlerinage plus utile au salut que celui que vous avez fait autrefois à Jérusalem. Non que je méprise ces pèlerinages ; j’en ferais moi-même bien volontiers, si je pouvais, et j’aime toujours à en entendre parler ; mais je veux dire que nous ne les faisions pas dans un bon esprit. Quand j’allai à Rome, je courus comme un fou à travers toutes les églises, tous les couvents ; je crus tout ce que les imposteurs y avaient jamais inventé. J’y dis une dizaine de messes. [...]

Aujourd’hui, Dieu merci, nous avons les évangiles, les psaumes, et autres paroles de Dieu ; nous pouvons y faire des pèlerinages plus utiles, y visiter et contempler la véritable terre promise, la vraie Jérusalem, le vrai paradis.  Haut de page

Martin Luther - Introduction à la traduction du Psaume 117 (1530)
Dédicace adressée à Jean de Hernberg

En eux, rien de bon Des raisons de partir - Bertrandon de la Broquière Parcours thématique : Des raisons de partir Des raisons de partir - Cornelius de Bruyn?   Pèlerin d’Orient - Des raisons de partir

Par ces pèlerinages, les hommes sont induits à une fausse vanité et à une incompréhension des commandements divins ; car ils croient que ce départ en pèlerinage est une œuvre bonne et précieuse, et ce n’est pas vrai. C’est une toute petite bonne œuvre, souvent même une œuvre mauvaise et trompeuse car Dieu ne l’a pas ordonnée. Mais il a ordonné de prendre soin de sa femme et de ses enfants et de s’occuper des autres devoirs qui relèvent du mariage, et en outre de servir et d’aider son voisin.

Maintenant, il arrive qu’un homme fasse le pèlerinage de Rome alors que personne ne le lui a ordonné, qu’il dépense environ cinquante ou cent florins, et qu’il laisse chez lui sa femme et ses enfants, ou du moins son voisin souffrir de la pauvreté. Et pourtant, l’insensé glisse sur une telle désobéissance et sur un tel mépris des commandements divins en s’engageant dans ce pèlerinage que lui seul a voulu, alors que seules la curiosité ou l’illusion démoniaque l’y ont poussé.

Les papes ont contribué à cela avec leurs fausses, feintes et insensées « années saintes » à l’occasion desquelles ils excitent et leurrent les gens pour les détourner des commandements de Dieu et les pousser vers leurs propres entreprises trompeuses. De la sorte, ils ont accompli la chose même qu’ils auraient dû interdire ; mais cela apporté de l’argent et raffermi la fausse autorité ; en conséquence cela devait continuer, bien que ce soit contre Dieu et le salut des âmes.

Afin de détruire chez les chrétiens simples cette foi séduisante et fausse, et pour restaurer une véritable compréhension des bonnes œuvres, tous les pèlerinages devraient être abandonnés ; car il n’y a en eux rien de bon ; pas de commandement, pas d’obéissance ; mais, au contraire, des occasions innombrables de pécher et de mépriser les commandements de Dieu. De là viennent les foules de mendiants qui, en pèlerinant, se rendent coupables de malhonnêtetés sans fin et qui prennent l’habitude de mendier alors qu’ils ne sont pas dans la pauvreté. De là viennent aussi le vagabondage et beaucoup d’autres maux que je ne citerai pas maintenant.

Si quelqu’un, à présent, veut aller en pèlerinage ou prononcer le vœu du pèlerin, il devrait d’abord en parler au prêtre de sa paroisse ou à son seigneur. S’il s’avère qu’il veut le faire dans l’intérêt d’une bonne œuvre, le prêtre ou le seigneur devrait piétiner le vœu et la bonne œuvre comme si c’était un appât du démon, et lui montrer comment appliquer l’argent et la peine nécessaire au pèlerinage à la sauvegarde des commandements de Dieu et à des œuvres mille fois meilleures, comme de dépenser pour sa famille et pour ses voisins pauvres. Mais s’il veut faire le pèlerinage par curiosité, pour voir de nouveaux pays et villes, alors on peut le laisser faire comme il l’entend.

Martin Luther - Appel à la noblesse chrétienne de la nation allemande (1520)

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Voyageurs et pèlerins en route vers Jérusalem - Genèse du voyage vers la Terre sainte - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Syrie septentrionale - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Les représentants politiques des deux camps - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Diaporama de Suisse (2) d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Diaporama de photos prises lors d’un voyage en Mongolie - les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Le film Alexandre d’Oliver Stone décrit la vie d’Alexandre le Grand narrée par Ptolémée. Présenté comme bisexuel, Alexandre apparaît comme gay au sens moderne du terme, ce qui n’est guère conforme à la vérité historique

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos de Lombardie et d’Émilie-Romagne - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Ali Bab - Gastronomie pratique - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Jérusalem en Terre sainte - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Lac de Tibériade - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem



<