Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Histoire > Au XIXe siècle > Comte de Pardieu
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Comte de Pardieu

Navire mixte, voile et vapeur, au milieu du XIXe siècle

Les précurseurs ont depuis longtemps rouvert la route du Levant lorsque, au milieu du XIXe siècle, le comte de Pardieu se rend en Égypte et en Terre sainte. Déjà touriste et encore pèlerin, le voyageur qui donne à son ouvrage le titre d’Excursion en Orient participe à ce courant né de l’engouement pour l’orientalisme et de la facilité croissante des transports.

Facilité du voyage  Les conditions matérielles - Comte de Volney Parcours thématique : Les conditions matérielles Les conditions matérielles - Thomas Cook   Pèlerin d’Orient - Conditions matérielles du voyage

Autrefois on employait trois jours pour aller du Havre à Paris, et l’on faisait son testament lorsqu’on devait dépasser les frontières du royaume. Alors un homme qui arrivait d’Orient, qui avait vu des Turcs, était un être phénoménal ; on ne le regardait pas sans une certaine vénération. La vapeur a bien simplifié les voyages. Quelques mois de liberté, quelques mille francs d’économie à dépenser, avec cela vous parcourez l’univers sans la moindre difficulté. Vous partez de Paris pour aller coucher la semaine suivante à Alexandrie ou Constantinople. Dans un salon de Paris, on parle maintenant de l’Orient, des Indes, de la Chine, comme on parlait autrefois de Rouen ou d’Orléans. Celui qui n’a fait que les voyages vulgaires d’Italie, de la Suisse ou des bords du Rhin, ose à peine se mêler à la conversation. La terre est décidément trop petite pour les touristes : il faudra inventer un autre monde à parcourir.

Le 31 juillet 1849, à huit heures du matin, nous quittions la cour des Messageries générales pour commencer notre voyage, et nous diriger en ligne vers Alexandrie.  Haut de page

Jérusalem  L’arrivée du pèlerin - Lamartine Parcours thématique : L’arrivée du pèlerin L’arrivée du pèlerin - Flaubert   Pèlerin d’Orient - L’arrivée du pèlerin

Jérusalem vue du mont des Oliviers

Devant nous, à l’extrémité du plateau, apparurent tout à coup des murailles crénelées. Les Arabes crièrent El-Kods ! (la Sainte) et nous, nous nous découvrîmes avec enthousiasme devant JERUSALEM ! C’était en effet Jérusalem que nous avions devant nos yeux. C’est dans ces murs que s’étaient accomplis les principaux mystères de notre foi. C’était la ville sainte par excellence. Mar-Elias est à peu près à demi distance de Bethléem et de Jérusalem, à une forte lieue de chacune. Derrière nous apparaissait toujours Bethléem sur la cime de sa montagne et, en avant, Jérusalem. Nous pouvions voir en même temps le berceau et le tombeau de Dieu fait homme. Là le mystère de l’incarnation, ici la rédemption.

La route que nous suivîmes, en descendant un plateau aride, était pleine de monde. Des moines grecs et catholiques, des Arabes, des Syriens, des soldats, des kawas allaient et venaient. Des cavaliers armés de longues lances galopaient en nous voyant, et faisaient la fantasia pour nous montrer leur adresse. De nombreuses caravanes de chameaux, des ânes, des mules, suivaient la route poudreuse. Tout annonçait l’approche d’une grande ville.

De là, Jérusalem, dont on voyait quelques édifices, quelques minarets dépassant les hautes murailles crénelées, n’avait nullement l’aspect ruiné que je m’attendais à lui trouver. Quant à la campagne, à part quelques bois rares d’oliviers, elle me parut assez aride. Comme je venais du désert, je fus moins saisi de cet air de désolation qui frappe ordinairement les personnes qui y arrivent par les jolies plaines de Jaffa. C’est plus tard que je remarquai cet aspect de stérilité qui montre qu’une malédiction a passé par là.  Haut de page

La grotte de la nativité à Bethléem  Description des Lieux saints - Jean-Baptiste Tollot Parcours thématique : Description des Lieux saints Description des Lieux saints - Pèlerin d’Orient   Pèlerin d’Orient - Description des Lieux saints

On nous donna à chacun une bougie allumée, et nous descendîmes les quinze marches d’un escalier qui se trouvait au bout de l’église. Nous entrâmes d’abord dans plusieurs chapelles et grottes souterraines. Dans l’une avait été déposé le corps de saint Jérôme, ce Père de l’Église qui avait quitté le monde et ses plaisirs, pour venir vivre, travailler et mourir à Bethléem. On montre la chambre dans laquelle il écrivait la Bible. On voit aussi le tombeau de sainte Paule et de sainte Eustochie, ces deux illustres Romaines qui renoncèrent à la pompe et aux grandeurs pour l’étable de Bethléem. Saint Eusèbe fut enseveli dans une autre de ces grottes. Les corps de tous ces saints ont été transportés à Rome. Nous arrivâmes ensuite à la chapelle des SS Innocents, où, dit-on, furent recueillis les corps d’une partie des victimes de la barbarie d’Hérode. Dans chacun de ces lieux, il y a un autel surmonté d’un tableau qui représente les saints dont les corps y ont été déposés.

Lieu traditionnel de la naissance de Jésus - Grotte de la Nativité
Lieu traditionnel de la naissance
de Jésus - Grotte de la Nativité

Enfin, nous entrâmes dans une autre grotte souterraine, éclairée par de nombreuses lampes. Je m’arrêtai sur la porte, vivement ému. C’est dans cet emplacement même que, il y a près de dix-huit siècles et demi, naissait un enfant qui devait changer la face du monde. Même pour l’incrédule, ce fait rappelle le fait le plus important dans ses conséquences, que l’histoire ait retracé. Mais, pour le chrétien, comme cette grotte est imposante ! C’était donc là, au fond de ce souterrain, à la place même où était cet autel de marbre éclairé par de riches lampes, orné de fleurs et de draperies. C’était là qu’un Dieu voulut naître d’une vierge, pour racheter les hommes.

Nous nous prosternâmes devant le lieu sacré de la naissance du divin enfant, marqué par une plaque de marbre blanc incrustée de jaspe, placée sous la table de l’autel. Cette plaque était autrefois entourée d’un cercle d’argent sur lequel on lisait ces mots : "Hic de Maria virgine natus est Christus." Cette inscription latine a disparu depuis peu. Les Grecs, dit-on, l’ont enlevée en haine des Latins.

Près de là, à droite, et en arrière, on descend par deux marches dans un enfoncement où se trouve un autre autel également en marbre, décoré de lampes, de fleurs et de draperies bleues. C’est la place de la crèche dans laquelle Marie posa son fils, enveloppé de langes, entre un bœuf et un âne ; c’est le prœsepium. C’est là que les mages vinrent adorer le Messie. La place où s’agenouillèrent les premiers adorateurs du Christ est indiquée par un autre autel. La crèche, qui est à Rome, a été remplacée par un bloc de marbre blanc.

L’autel de la nativité appartient aux Grecs, et la crèche aux Latins. Chaque secte officie à son autel, mais à des heures différentes. Ils peuvent cependant prier partout. La grotte de la nativité, taillée dans le roc et éclairée par trente-deux lampes envoyées par différents princes chrétiens, a, suivant Chateaubriand, 37 pieds et ½ de long, 11 pieds trois pouces de large et 9 pieds de hauteur. Le pavé est revêtu en marbre précieux.

Ch. de Pardieu - Excursion en Orient

Texte complet disponible sur le site de la BNF : La bibliothèque numérique de la BNF

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Galeries de photos d’un voyage en Iran – De la Perse de Darius et Alexandre le Grand au pays des mollahs

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Légendes et fictions du voyage de Jérusalem - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Turquie - 5 - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Hellénisation du monde : Alexandre faisait de la fusion des nationalités à la fois le moyen et le but de son œuvre de colonisation

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Diaporama du Piémont d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Les statistiques d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Diaporama de nature d’un voyage à pied de Paris à Rome - Diaporama de nature - 3 - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Désert de Gobi - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan - Désert de Gobi - 1

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Le voyage de Charmemagne - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

4000 km à pied, sac au dos, vers la Ville éternelle. Cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois. En passant par la Suisse et le sud de l’Italie. Photos, cartes et conseils pratiques. Histoire du voyage à Rome - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome



<