Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Histoire > Au Moyen Âge > Maître Thietmar
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Le pèlerinage de Maître Thietmar

Bénédiction des pèlerins

Maître Thietmar, qui se rend en Terre sainte en 1217, pourrait être un des premiers frères mineurs à se rendre en Terre sainte, peu après le départ de saint François d’Assise pour l’Égypte. Il en rapporte le premier état détaillé de la situation en Palestine après la lourde défaite de Hattin et la perte de Jérusalem par les croisés en 1187. Dans un pays devenu peu sûr pour les pèlerins francs, il n’hésite pas à se laisser pousser la barbe et à se vêtir comme un moine géorgien pour pénétrer à l’intérieur des terres. Il arpente ainsi les déserts du Sinaï et de Transjordanie, donnant au passage la première description de Petra par un pèlerin occidental.

Les motifs du départ  Des raisons de partir - Les croisades Parcours thématique : Des raisons de partir Des raisons de partir - Marco Polo   Pèlerin d’Orient - Des raisons de partir

Moi, Thietmar, pour le pardon de mes péchés, je me suis armé du signe de la croix et ai quitté ma maison, en pèlerin, avec mes compagnons. Je suis parvenu à Acre, après avoir couru, sur mer et sur terre, des dangers qui semblaient bien menaçants à ma fragilité, mais bien minimes en comparaison de la récompense divine.

Je m’y suis reposé environ un mois. La Terre sainte connaissait alors quelque répit grâce aux trêves signées entre les Sarrasins et les chrétiens. Je savais que c’en en ne vivant pas selon l’esprit de ce monde, mais en peinant et en me fatiguant que je parviendrais à la vie éternelle. Aussi, pour ne pas m’abandonner à l’oisiveté et aux plaisirs de la chair qui conspirent contre l’esprit, mais pour faire grandir mon âme par les peines imposées à mon corps, je pris ma décision : visiter, dans la mesure de mes possibilités, les lieux que notre Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, vrai Fils de Dieu et de l’homme, a marqués du sceau de sa présence corporelle et a sanctifiés. Ces lieux aussi qui ont été habités par nos vénérables Pères, comme on le lit dans le Pentateuque, et ceux où reposent beaucoup de saints.

Je désirais d’un ardent désir voir en personne, ce dont j’avais souvent entendu parler dans l’obscurité et le mystère des Écritures. Et, comme j’ai apprécié l’odeur du thym, le goût du miel en m’adonnant à la lecture, j’ai pensé qu’il n’était pas inutile de confier à l’écrit ce que j’avais vu moi-même ou appris sûrement de témoins dignes de foi. Avec le secours de l’écriture, je ne risquerais pas de voir sombrer dans le brouillard de l’oubli ce que la nature seule ne me permettrait pas de garder en mémoire.   Haut de page

Une embuscade aux portes de Bethléem Dangers du voyage - L’higoumène Daniel Parcours thématique : Dangers du voyage Dangers du voyage - Symon Semeonis   Pèlerin d’Orient - Dangers du voyage

En allant vers Bethléem depuis les monts de Judée et en passant tout près de Jérusalem, je suis tombé dans une embuscade. Comme dit le poète : « En voulant éviter Charybde, il tomba en Scylla. » Comme Bethléem est toute proche de Jérusalem, je fis un détour pour éviter les dangers de la Ville sainte. Mais en vain ? ce que je craignais arriva. Je fus pris par les Sarrasins et emmené à Jérusalem. À ce moment-là, j’étais encore vivant, mais je me voyais déjà mort. Car ma situation, entre les angoisses du présent et la crainte de la mort ou de la captivité perpétuelle, n’était guère éloignée de la mort. Plus exactement, bouleversé par la crainte de la mort ou de la captivité, il me semblait mourir à chaque instant. C’est ainsi que je fus retenu prisonnier pendant deux jours et une nuit, devant la porte de la ville, au lieu de la lapidation de saint Étienne, premier martyr, où avait été construite une église aujourd’hui entièrement démolie par les Sarrasins.

Dans cette captivité et cette angoisse, je ne voyais aucune raison d’espérer, mais Dieu, proche de ceux qui l’invoquent, me visita dans mon désespoir, me rendit confiance et me préserva miraculeusement, voici comment : j’avais pour compagnon un noble Hongrois qui réussit à savoir que quelques-uns de ses compatriotes, convertis à l’Islam, se trouvaient à Jérusalem. Il les fit appeler. Ils vinrent, le reconnurent et se montrèrent très amicaux. Une fois informés des raisons de notre captivité, ils jouèrent les intermédiaires et, non sans mal, nous firent libérer.   Haut de page

Bethléem  Description des Lieux saints - Pierre Loti Parcours thématique : Description des Lieux saints Description des Lieux saints - Nicolas Bénard   Pèlerin d’Orient - Description des Lieux saints

Bethléem, cité du Dieu Très-Haut, est située sur une hauteur, toute en longueur. Elle est encore intacte, les Sarrasins ne l’ont pas détruite. Elle est habitée par des chrétiens soumis aux Sarrasins, mais aucun Sarrasin, pense-t-on, ne doit y demeurer. Il y a bien des Sarrasins gardiens du monastère qui perçoivent les péages des pèlerins, mais ils n’habitent pas à Bethléem.

Ce monastère est très beau. Les bases et les chapiteaux, les architraves sont de très beau marbre, de même que le pavement. Les murs sont couverts d’or et d’argent, ornés de peintures de diverses couleurs. Les Sarrasins auraient plus d’une fois détruit ce monastère si les chrétiens ne l’avaient protégé avec sollicitude, au prix de grandes dépenses.

Sous le chœur de l’église est la grotte où le Seigneur est né. Moi, pauvre pécheur, j’ai embrassé la crèche dans laquelle il a vagi, petit enfant, j’ai adoré l’endroit où la bienheureuse Vierge a donné le jour à l’Enfant Dieu. Dans ce même monastère, au nord, j’au vu la cellule du bienheureux Jérôme où il a traduit d’hébreu, grec et chaldéen en latin la plupart des livres de la Sainte Écriture. Il est enterré dans une grotte voisine avec Paule, Eustochie et dix de ses disciples. J’ai vu aussi une autre vaste grotte où furent déposés les corps des Saints Innocents.   Haut de page

Petra  Témoignages oculaires - Benjamin de Tudèle Parcours thématique : Témoignages oculaires Témoignages oculaires - Symon Semeonis   Pèlerin d’Orient - Témoignages oculaires

Petra

Sous la conduite des Bédouins, avec leurs chameaux, j’ai traversé la terre d’Édom, bonne et fertile, laissant à droite Archim, ancienne capitale des Arabes, grande ville aujourd’hui déserte, et la roche d’où Moïse tira l’eau de contradiction. Cette eau se divise en deux petits ruisseaux qui irriguent la terre. Je suis ensuite passé par le lieu où les enfants d’Israël furent mordus par les serpents et où, sur l’ordre du Seigneur, Moïse éleva un serpent sur une perche pour qu’en le regardant, ils fussent guéris de leur blessure.

J’ai traversé de très hautes montagnes, par un chemin étroit et effrayant. De part et d’autre, les rochers surplombaient, dressés comme des parois ou des murailles qui, parfois, se refermaient au-dessus de moi comme les valves d’une coquille. La route s’élevait, encaissée, pleine d’ombre et, souvent, à cause des rochers qui nous enfermaient et se rejoignaient, je ne pouvais plus voir le ciel. Dans ces roches, j’ai découvert des maisons taillées dans le roc, très belles et bien décorées, de grandes salles avec des cheminées, des oratoires, des chambres, tout ce qui est nécessaire. Mais toutes ces demeures étaient abandonnées ? personne n’y habitait.

Le pèlerinage de Maître Thietmar
[in Croisades et pèlerinages - Éd. Robert Laffont]

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<