Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Histoire > Au Moyen Âge > XIIe et XIIIe siècles
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Le pèlerinage à Jérusalem aux XIIe et XIIIe siècles

Le Saint-Sépulcre de Jérusalem<

Le Saint-Sépulcre de Jérusalem

Tout au long du Moyen Âge, le pèlerinage aux Lieux saints constitua le pèlerinage par excellence, celui où le chrétien pouvait visiter les lieux mêmes de la Passion du Seigneur et placer ses pas dans les pas du Christ.

Le pèlerinage par excellence

Paumier - Peinture dans l’église St Nicolas de Tavant (Indre et Loire)
Les pèlerins de Jérusalem prirent la coutume de rapporter une palme de Terre sainte. Pour cette raison, on les appelait les "Paumiers", tandis que les pèlerins de Compostelle étaient désignés sous le nom de "Jacquets" et ceux de Rome, de "Romieux".

Dès le haut Moyen Âge, malgré les difficultés du voyage et les dangers d’un séjour en pays d’Islam, des pèlerins prirent la direction de Jérusalem. Le courant fut d’abord ténu et intermittent puis se renforça et mit en mouvement des pèlerins de plus en plus nombreux, surtout à partir de la fin du Xe siècle, moment où Jérusalem commença à prendre dans l’imagination et la spiritualité de l’Occident une place considérable.

Quelquefois, le pèlerinage était accompli comme un acte simple de piété, d’autres fois comme l’accomplissement d’un vœu fait en présence d’un grand malheur, ou comme un témoignage de gratitude pour un bienfait reçu du ciel ; encore, mais plus rarement, en expiation de quelque faute grave ou de quelque crime car, il n’était point de crime qui ne pût être expié par le voyage de Jérusalem et par des actes de dévotion au tombeau de Jésus-Christ.

Malgré des ralentissements, notamment vers 1010-1020 après la destruction du Saint-Sépulcre par le calife Al Hakim, puis entre 1040 et 1054, le flot des pèlerins ne cessa de se renforcer au cours du XIe siècle et l’on sait que la première croisade se situe dans le prolongement direct du pèlerinage, particulièrement en ce qui concerne la croisade populaire.

Après 1099, avec la constitution des états latins d’Orient et notamment du royaume de Jérusalem, le pèlerinage connut un nouvel essor, difficile cependant à mesurer quantitativement car la distinction entre croisé et pèlerin n’est pas toujours aisée à faire à cette époque. Haut de page

Les itinéraires Itinéraires - L’Anonyme de Bordeaux Parcours thématique : Itinéraires Itinéraires - Ludolph de Sudheim Pèlerin d’Orient - Itinéraires

Pour parvenir en Orient, les pèlerins de l’Europe occidentale avaient, aux XIIe et XIIIe siècles, le choix entre trois itinéraires, l’un terrestre, un autre partiellement terrestre et partiellement maritime et le troisième entièrement maritime.

L’itinéraire terrestre du Danube et des Balkans fut rendu accessible au cours du XIe siècle par la conversion au christianisme des royaumes d’Europe centrale, et notamment celle de la Hongrie. À ce propos, Raoul Glaber, moine du XIe siècle indique dans ses chroniques : « À partir de ce moment, tous les pèlerins d’Italie et des Gaules qui voulaient visiter le sépulcre du Seigneur, renoncèrent à s’y rendre par mer, comme ils avaient coutume de le faire auparavant, et passèrent par les États d’Étienne. Ce prince rendit bientôt la route très sûre. Il accueillait comme des frères tous ceux qui se présentaient, et leur faisait des présents magnifiques. Aussi des nobles et des hommes du peuple se décidérent en foule à entreprendre le pèlerinage de Jérusalem ». Après la traversée de l’Anatolie occidentale puis méridionale, les voyageurs du XIIe siècle, arrivés à Antioche, capitale d’un duché chrétien, n’avaient plus qu’à gagner tranquillement Jérusalem.

Le deuxième itinéraire était terrestre jusqu’aux grands ports méditerranéens, puis maritime à partir de là. Les grands ports d’embarquement étaient Marseille, Gênes, Pise et, plus à l’Est, Venise, Bari et Brindisi. C’était l’itinéraire le plus fréquenté et, assez vite, une organisation du voyage fut mise au point. Sur cet itinéraire, principalement contrôlé par les Vénitiens, les étapes principales étaient les îles de Corfou, du Péloponnèse, de Crète, de Rhodes et de Chypre.

À partir du XIIIe siècle, les pèlerins trouvaient des intermédiaires pour les accueillir et les mettre en rapport avec les patrons des navires. Le nombre des pèlerins était considérable car une nef ou une galère pouvait transporter plusieurs centaines de pèlerins. Le voyage n’avait lieu qu’aux beaux jours, entre le début de mars et la fin de septembre pour éviter les tempêtes de l’hiver. Si les vents étaient favorables, le trajet pouvait ne durer qu’un mois.

La troisième voie, entièrement maritime, concernait surtout les pays de Nord de l’Europe. Les pèlerins pouvaient s’embarquer dans les ports de Scandinavie, des Pays-Bas ou d’Angleterre et gagner la Méditerranée par le détroit de Gibraltar. Le voyage pouvait durer jusqu’à un an et ne fut vraiment pratiqué qu’à partir du XIIIe siècle, quand les communications maritimes entre l’Océan et la Méditerranée se généralisèrent.

Ce texte est adapté des pages relatives à l’exposition sur les croisades au couvent des Jacobins de Toulouse.

La grâce de mourir à Jérusalem L’arrivée du pèlerin - Au Moyen Âge Parcours thématique : L’arrivée du pèlerin L’arrivée du pèlerin - Pèlerins allemands Pèlerin d’Orient - L’arrivée du pèlerin

« Un nommé Liébaut, originaire de la Bourgogne, du diocèse d’Autun, qui voyageait avec les autres, arriva à Jérusalem. Après avoir contemplé ces lieux sacrés entre tous, il vint à passer par ce Mont des Oliviers ; les bras en croix, tout en larmes, il se sentit ravi en le Seigneur d’une joie intérieure indicible.

‘Seigneur Jésus, je supplie ta toute-puissante bonté de permettre que, si mon âme doit cette année émigrer de mon corps, je ne m’en aille plus d’ici ; mais que cela m’arrive en vue du lieu de ton ascension. Je crois en effet que comme je t’ai poursuivi avec mon corps en venant jusqu’ici, ainsi mon âme entrera saine et sauve et joyeuse à ta suite dans le Paradis.’

Après cette prière, il rentra avec ses compagnons à son gîte. C’était alors l’heure du repas. Mais pendant que les autres se mettaient à table, il gagna sa couche d’un air gai, comme si, sous l’effet d’un pesant sommeil, il allait prendre quelque repos ; il s’assoupit aussitôt, et l’on ne sait ce qu’il vit. Mais dès qu’il fut endormi il s’écria :

‘Gloire à toi, Dieu ! Gloire à toi, Dieu !’

Ses compagnons, l’entendant, l’engageaient à se lever et à manger avec eux. Il refusa, et en se tournant de l’autre côté, déclara qu’il ne se sentait pas bien ; il resta couché jusqu’au soir, appela ses compagnons de voyage, puis il les salua avec douceur, et rendit l’âme. »

Raoul Glaber - Chronique de pèlerins en Terre sainte

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<