Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Histoire > Du XVIe au XVIIIe siècle > Pèlerinages du XVIe au XVIIIe siècle
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Le voyage en Terre sainte du XVIe au XVIIIe siècle

Navire vénitien transportant des pèlerins, en escale dans un port d’Italie - peinture d’Abraham Storck.

À partir du XVe siècle, le pèlerinage, victime de certains excès, est confronté à des critiques de plus en plus acerbes. Érasme dans ses Colloques faisait exprimer par une Vierge de pèlerinage sa lassitude d’être "aux ordres des marins, des guerriers, des négociants, des joueurs, des filles à marier, des femmes en couche, des hauts dignitaires, des rois, des laboureurs". Rabelais met en scène dans Gargantua le thème du pèlerin cocufié par les religieux du voisinage. Mais les plus vives critiques sont celles des Protestants. Luther reproche au pèlerinage de fournir "d’innombrables occasions de pécher" et d’entraîner des dépenses inutiles ; il en demande la suppression pure et simple.

À la suite du concile de Trente, le clergé de la Réforme catholique s’attache à libérer le pèlerinage des superstitions qui l’entouraient et mettre l’accent sur l’exigence de purification intérieure que devait traduire cette démarche.

Avec le tarissement des foules voulant se rendre en Palestine pour y vénérer les Lieux saints, le voyage se fait plus difficile et plus coûteux pour les pauvres gens. Parallèlement à cette relative désaffection pour le saint voyage que rappelle Greffin Affagart, commence à se développer le Voyage au Levant dans tout le pourtour oriental de la Méditerranée. Avec la consolidation de l’empire ottoman, on n’envisage plus de croisade pour reprendre les Lieux saints ou Constantinople (tombée aux mains des Turcs en 1453), mais quelques intrépides voyageurs entreprennent des périples dans cet Orient d’où ils rapportent des relations colorées qui répondent au goût d’exotisme dont les milieux lettrés sont si friands.

Quant au pèlerinage lui-même, les philosophes des Lumières affichent leur dédain pour une telle démarche où L’Encyclopédie ne voit qu’un "voyage de dévotion mal entendue". Pourtant, les pèlerinages en Terre sainte ne s’interrompent jamais totalement, même si, dès la Renaissance, le voyage en Italie leur fait concurrence.

Il faut attendre Chateaubriand pour qu’ils soient réhabilités : dans Le Génie du christianisme (1802) :

Il faudrait plaindre ceux qui, voulant tout soumettre aux règles de la raison, condamneraient avec rigueur ces croyances qui aident au peuple à supporter les chagrins de la vie, et qui lui enseignent une moralité que les meilleures lois ne lui donneront jamais. Il est bon, il est beau, quoi qu’on en dise, que toutes nos actions soient pleines de Dieu, et que nous soyons sans cesse environnés de ses miracles. Le peuple est bien plus sage que les philosophes.

Chaque fontaine, chaque croix dans un chemin, chaque soupir du vent de la nuit, porte avec lui un prodige. Pour l’homme de foi, la nature est une constante merveille. Souffre-t-il ? Il prie sa petite image et il est soulagé. A-t-il besoin de revoir un parent, un ami ? Il fait un vœu, prend le bâton et le bourdon du pèlerin ; il franchit les Alpes ou les Pyrénées, visite Notre-Dame de Lorette ou Saint-Jacques en Galice ; il se prosterne, il prie le saint de lui rendre un fils (pauvre matelot, peut-être errant sur les mers), de prolonger les jours d’un père, de sauver une sage épouse. Son cœur se trouve allégé.

Il part pour retourner à sa chaumière : tout chargé de coquillages, il fait retentir les hameaux du son de sa conque, et chante, dans une complainte naïve, la bonté de Marie, mère de Dieu. Chacun veut avoir quelque chose qui ait appartenu au pèlerin. Que de maux guéris par un seul ruban consacré ! Le pèlerin arrive aux environs de sa demeure : la première personne qui vient au-devant de lui, c’est sa femme relevée de couches, c’est son fils retrouvé, c’est son vieux père rajeuni. Heureux, trois et quatre fois heureux, ceux qui croient !

Le voyage en Orient allait bientôt détrôner le "Grand Tour" des villes italiennes.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Même pour Roxane, Alexandre n’a jamais sacrifié sa volonté politique à son désir sexuel ni à des attachements affectifs privés. L’amour et le désir ne doivent pas être des obstacles sur la route des hommes d’État, surtout pas de ceux qui sont en train de construire ou de maintenir un empire.

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Via Francigena, routes d’Europe du Nord ou des Slaves : des itinétraires multiples - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Photos de Rome - Galerie 5 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Pensées pour moi-même - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Carnet de voyage en Mongolie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Photos de Pompéi et d’Herculanum - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Galeries de photos d’un voyage en Iran – De la Perse de Darius et Alexandre le Grand au pays des mollahs

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Légendes et fictions du voyage de Jérusalem - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Turquie - 5 - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Hellénisation du monde : Alexandre faisait de la fusion des nationalités à la fois le moyen et le but de son œuvre de colonisation



<