Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Jérusalem > Ville sainte > Une situation unique > Enjeux
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Symbolique et enjeux géopolitiques de Jérusalem dans le conflit israélo-palestinien


 

Depuis la création de l’État israélien en 1948, et le début du conflit, Jérusalem a été tout à la fois un enjeu majeur et un champ de bataille pour les peuples israélien et palestinien.

Jérusalem, un enjeu

Pendant près de 20 ans, jusqu’à la conquête de la Vieille Ville, en 1967, elle a représenté l’enjeu stratégique numéro un des Israéliens, qui ont tourné vers elle toute leur énergie militaire. À partir de 1967 ce sont les Palestiniens qui en font un enjeu en revendiquant Jérusalem-Est comme capitale (idée insupportable aux Israéliens qui ne veulent plus entendre parler de division de la ville).

De plus, la Ville sainte reste un symbole religieux très fort pour les deux camps, qui réclament l’un comme l’autre le libre accès et la souveraineté sur leurs lieux de culte ainsi que la sécurité des fidèles.

Elle représente aussi un enjeu d’unité nationale, surtout pour les Juifs, qui après 2000 ans de dispersion ont besoin de renouer avec leurs sources pour se créer une identité nationale et développent en conséquence un intense programme archéologique.

Jérusalem, champ de bataille

Tout d’abord Jérusalem a été et reste un lieu de guerre entre Israéliens et Palestiniens : aux attentats terroristes répétés des uns répond une présence militaire étouffante des autres dans les rues de la ville, et quelques projets comme celui tout récent de construire un mur séparant les deux communautés.

Cette situation est entretenue et favorisée par l’intrication des lieux de culte : les passions religieuses exacerbées font rage autour des fouilles archéologiques israéliennes qui affectent les lieux de culte arabes, et débouchent parfois sur des explosions de violence, telle la seconde Intifada, suite à "l’escapade" d’Ariel Sharon sur l’Esplanade des Mosquées en septembre 2000.

Jérusalem-Est, également le champ d’affrontements économiques, où les Israéliens assoient leur supériorité par d’incessantes spéculations immobilières qui "grignotent" peu à peu les quartiers non juifs de la ville, et par d’habiles manœuvres de mise en valeur de leurs investissements urbains, tandis qu’ils paralysent les activités arabes.

Enfin, Jérusalem est aussi le lieu d’une intense guerre démographique. Ainsi, à Jérusalem Est les Israéliens visent par l’implantation et le maintien de colonies à reléguer les populations palestiniennes au rang de minorités dans le but d’asseoir leur souveraineté sur l’intégralité de la ville et retirer tout fondement aux revendications palestiniennes.

En définitive, la situation est devenue à Jérusalem l’image même de ce qu’elle est au niveau de l’ensemble du conflit : un labyrinthe inextricable de compromis, de rancunes et d’intérêts contradictoires où couvent les braises d’un incendie jamais éteint et dont voit mal comment on pourrait aujourd’hui étouffer l’embrasement.



Ce texte provient du site http://studio-jerusalem/jerusalem qui n’est désormais plus en ligne.
Merci aux auteurs de m’indiquer s’ils souhaitent que j’en supprime la publication sur ce site.

Prétendre à l’exhaustivité ou à l’impartialité serait hasardeux sur un tel sujet, dans lequel les faits, leur interprétation et les sentiments qui y sont attachés sont vécus de manière si différente entre les parties. Ce texte expose une certaine vision de la situation, qui est factuelle sur de nombreux points et même si elle peut paraître biaisée sur d’autres, elle est déjà un bel essai de compromis pour décrire la situation extraordinairement complexe de ces lieux.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 5 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Yourte du désert - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Bach - Aux sept coins du monde
27 avril 2017, 17 h 01
Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Bach - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos du Piémont - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Voyageurs et pèlerins en route vers Jérusalem - Genèse du voyage vers la Terre sainte - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Syrie septentrionale - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Les représentants politiques des deux camps - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Diaporama de Suisse (2) d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Diaporama de photos prises lors d’un voyage en Mongolie - les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Le film Alexandre d’Oliver Stone décrit la vie d’Alexandre le Grand narrée par Ptolémée. Présenté comme bisexuel, Alexandre apparaît comme gay au sens moderne du terme, ce qui n’est guère conforme à la vérité historique



<